More Website Templates @ TemplateMonster.com - May 05, 2014!

L'interview radiophonique de Jean-Luc ROBERT

Découvrez son interview live
SUR SON LIVRE : MA VERITE SUR L'AUTISME
Par Fabrice Albertini / RADIO LOL CORSICA
 
Lanceur d'alerte, il dénonce le scandale des prises en charges laxistes des enfants autistes au sein de leur institution.
3 VIDEOS de 22 min chacune
 


Contenu de l'interview

 

Interview d'Elen LE MEE sur nonfiction.fr : Un livre noir de l'autisme?

Extrait : Dans ce qui apparaît comme une lutte contre les interdits de dire, Robert ajoute qu’au sujet de l’autiste, il faut également parler de l’angoisse. Tenter de réduire les comportements gênants de l’autiste, comme le proposent les méthodes comportementalistes, sans se pencher sur ce qu’il en est de l’angoisse chez lui, lui apparaît comme une énormité. Et pour cause, comment est-il possible de travailler avec des enfants autistes en niant cette angoisse que leurs comportements rendent quasiment palpable ? « A chaque fois qu’un trouble du comportement est éteint par un certain conditionnement acharné, note-t-il, c’est au prix d’une montée de l’angoisse générant un autre trouble parfois plus admis socialement, mais équivalent au premier. »
Lire la suite

https://blogs.mediapart.fr/lezhaen

C'est un des billets les plus importants parus sur ce thème de l'autisme depuis fort longtemps. Le livre est en partie consacré à une description de l'état des lieux de la pédopsychiatrie et pour la première fois je lis des propos de professionnels qui collent à la situation que j'ai pu observer pendant plus de 25 ans dans les IME. Il y a une démonstration d'intelligence des problématiques, tant institutionnelles que psychopathologiques  qui devraient faire de ce livre, sinon un best seller du moins un ouvrage incontournable. Bien sûr qu'il n'y a pas de commentaires ! c'est évident ! Il n'est pas tout à fait dans la ligne du Politiquement acceptable...

Je posterai un billet dans les contes de la folie. Je recommande et je diffuse.

A.G psychiatre

Lire la suite


Pin It Comments >>
Cher.e.s signataires de ma pétition pour une PRISE EN CHARGE PRECOCE ET GLOBALE DE L'AUTISME DES 18 MOIS.
Vous êtes bientôt 50 000 à nous dire à quel point ce programme est indispensable pour les enfants autistes et leur famille.
A vous, mais aussi à tous ceux à qui vous ferez suivre ce lien (https://www.youtube.com/watch?v=eHX5pkRfiPM), je vous adresse ce message vidéo et vous remercie encore pour la solidarité dont vous faites preuve en signant cette pétition et en mettant vos commentaires sur CHANGE.org ou sur LezAPe.fr.
Jean-Luc ROBERT Psychologue - essayiste, auteur du livre : "Ma vérité sur l'autisme".

Lire la suite


Communiqué de presse 1

EXTRAIT Sur MEDIAPART : LE BLOG DE LEZHAËN : #MAVERITESURLAUTISME – Un Psy en Colère / A paraître en JUIN 2018 chez DUNOD
Intertitre : TOUTE-PUISSANCE de l’enfant et apprentissage de la FRUSTRATION :
« L’histoire classique est celle de l’hyper-sélectivité alimentaire. On ne mange que ce que maman a préparé. On est le roi du foyer, décidant de tout et exigeant une anticipation de ses moindres désirs. Cette omnipotence dure autant que personne n’est résolu à faire cesser les choses. Combien de récits ai-je eu de parents me disant que cela avait pu cesser brutalement, le jour où dans un passage à l’acte tout aussi brutal, ils avaient décidé qu’il n’y aurait qu’un plat unique pour tout le monde. Le même modèle se calque aussi pour le sevrage tardif du biberon. Un jour, cela devient trop ridicule. Un jour on se réveille et l’on comprend qu’on a le pouvoir par sa simple volonté, de décider que les choses changent.
Généralement, l’enfant essaie d’éprouver deux ou trois fois le nouveau cadre, mais il comprend très vite qu’il n’a plus le choix. Sans éclats, sans symptômes particuliers, il montre alors une étonnante souplesse qu’on ne lui connaissait pas. En ce qui concerne le profil de type fusionnel, l’impossibilité pour l’entourage de modifier ses réponses entrave de la même manière le travail. Sans juger les parents responsables de la fusion, nous aimerions simplement les accompagner pour les aider à en sortir, mais cet accompagnement n’est pas toujours bien vécu, quelle que soit la manière dont on s’y prend. Nos propos, répétés mois après mois, ne font que glisser parce que, selon un principe cher à la psychanalyse, le patient n’est pas prêt.

On nous bassine avec le regrettable mythe des mères frigidaires, mais dans ma réalité clinique, ces cas sont rares. Sont fréquents, tout au contraire, les cas de parents trop « aimants/és », ne parvenant pas à se décoller psychiquement et physiquement de leur enfant. Le premier mensonge médiatique est l’existence dissimulée de l’enfant fusionnel, le second mensonge est l’existence tout autant dissimulée, de la mère ou du père fusionnel(le). Voici deux vérités menaçantes à taire...»
COMMANDER ICI ou dans vos librairies
Commenter sur Linkedin





Communiqué de presse 2

Officiel / EXTRAIT Sur MEDIAPART : LE BLOG DE LEZHAËN : #MAVERITESURLAUTISME – Un Psy en Colère / A paraître en JUIN 2018 chez DUNOD
EXTRAIT de l'INTERVIEW

-    3) DUNOD : Parlez-nous des familles. Que vous disent-elles ?
-    JLR : Les familles sont en grande souffrance. C’est peu de le dire. Une autre de mes vérités est de dire qu’une fois le diagnostic posé entre 18 mois et 3 ans, elles sont complètement livrées à elles-mêmes, ballottées entre les démarches administratives du type, dossier MDPH, examens cliniques, rendez-vous de spécialistes, et la recherche d’une prise en charge adaptée. Pendant ce temps, que se passe-t-il ? Ne connaissant rien à l’autisme et n’étant pas accompagnées, elles constatent souvent impuissantes que leur enfant progresse peu. Les signes de l'autisme s'installent alors et sont plus difficiles à faire évoluer après cette période très longue, trop longue, où il n'a pas pu bénéficier d'une prise en charge globale et adaptée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai écrit une pétition intitulée : « Mesure gouvernementale pour une prise en charge précoce et globale de l’autisme dès 18 mois », sur le site change.org que je vous invite encore à signer. Les familles peuvent ainsi dénoncer ce scandale en la signant et en la commentant. Et figurez-vous qu’il y a une mobilisation assez formidable puisque cette pétition va bientôt atteindre les 50 000 signataires. J’ai reçu un nombre considérable de témoignages de familles disant leur désarroi et leur solitude face à ce combat. Ce livre, c’est aussi pour leur donner la parole.

-    4) DUNOD : Jean-Luc ROBERT, vous parlez des nouvelles méthodes éducatives venues des Etats-Unis (ABA et TEACCH). Sont-elles concluantes ?
-    JLR : Là aussi je vous dirais qu’il y a une formidable machine lobbyiste qui en haut en lieu influence, pour nous faire associer le sigle ABA (l’Analyse appliquée du comportement) avec les mots validation-scientifique et même réussite, mais la réalité dont je parle n’est pas celle-ci. Et je précise tout de suite que je n’ai rien contre cette méthode comportementale que je trouve d’ailleurs incontournable pour tout enfant autiste ou non-autiste. Mais je mets un gros bémol lorsque l’on fustige la psychanalyse en nous laissant croire que seule l’approche cognitivo-comportementale a fait ses preuves. Sachez en deux mots que La Haute Autorité de santé, a elle-même annoncé en 2013 qu’il n’existait qu’une « présomption » scientifique d’efficacité concernant cette méthode, se montrant donc très prudente. Concrètement, les trois méthodes recommandées que sont ABA, Denver et TEACCH, n’atteignent pour les deux premières qu’« une présomption scientifique » d’efficacité qu’ils appellent le (grade B), et « un faible niveau de preuve » il s’agit du (grade C), pour la troisième. Aucune des trois méthodes n’a pu se hisser au niveau du grade A, celui de la validation scientifique. D’autre part, la statistique obtenue lors de l’expérimentation de la méthode ABA par son fondateur Ivar L. Løvaas en 87, à savoir le chiffre de 47 % des enfants qui auraient atteint un fonctionnement intellectuel et comportemental normal après 2 ans de prise en charge, avec à la clé une réintégration dans une école primaire publique, n’a jamais été confirmée par les études postérieures. Je contrarie donc dans mon livre ce discours médiatico-promotionnel ambiant que j’estime mensonger. Et il y a bien d’autres vérités, modestement les miennes, celles dictées par mes années d’expérience sur le terrain clinique, que je révèle dans le livre MVSA Il y a 22 chapitres, et j’aurais pu appeler ce livre : MES 22 vérités sur l’autisme.

COMMANDER ICI ou dans vos librairies
Commenter sur Linkedin

Abonnez-vous gratuitement
Your subscrsibe request has been sent!
Facebook Twitter Google plus | Linkedin
Jean-Luc ROBERT © | Mentions Légales